150ème anniversaire du Couronnement de Notre Dame de Valfleury

(31 mai  1860 - 31 mai 2010)

 


« Le couronnement d’une statue de la sainte Vierge, n’est accordé qu’à des rares sanctuaires. Pour obtenir cette faveur, trois conditions sont nécessaires : antiquité, concours des  peuples, et miracles. Sous le rapport de l’antiquité, le pèlerinage de Valfleury ne le cède peut-être à aucun autre. Il date de la fin du VIII siècle. Pour ce qui est du concours des peuples, il a été toujours fort nombreux. Quant aux miracles, on en compte un grand nombre » (Manuel du Pèlerinage de N.D. de Valfleury).

 

C’est M. Nicolle qui exposa le cas de Notre Dame de Valfleury au Pape Pie IX, et sollicita de lui, l’honneur du couronnement. Sa demande fut agrée. Par un décret du 2 mars 1860 le saint Siège délégua son Eminence le Cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, par procédé de lui-même ou par subdélégation d’un autre ecclésiastique au couronnement solennel de Notre Dame de Valfleury. Le Couronnement de la Vierge et de l’Enfant, se fit le 31 mai 1860 par Mgr Lyonnet, évêque de Valence (subdélégué de l’archevêque de Lyon).

 

La cérémonie fut réglée en détail par Rome, ce qui révèle l’importance du couronnement sur terre de la Reine des cieux. Le Couronnement fut précédé par une sonnerie de cloches pendant trois jours ; une ornementation de l’Eglise aussi riche que possible ; le revêtement de la statue d’’ornements précieux et sa pose sous un baldaquin au milieu de flots de lumière ; le placement dans l’église d’inscriptions relatives à l’histoire du sanctuaire ; et la pose sur sa façade, au-dessus de la porte principale, d’un tableau représentant l’image à couronner.

 

Le jour du couronnement, le Délégué du Vatican porteur des deux couronnes (celles de la Vierge et l’Enfant) se rend à l’église accompagné des notables du lieu, où il est reçu par le clergé et le maire. Apres une courte prière à l’autel où repose le Saint Sacrement, il remet les couronnes aux « députés de l’Eglise », après avoir reçu d’eux, le serment qu’ils les tiendront perpétuellement sur la tête de la Vierge et de l’Enfant, et qu’ils veilleront à ce qu’on ne les déforme pas ; ce dont l’acte est dressé en présence d’un notaire.

 

Suit la bénédiction des couronnes et leur encensement. Les couronnes sont alors apportées avec pompe au chant de l’hymne O gloriosa Virginum, à l’autel de la Bienheureuse Marie toujours Vierge, où on les dépose, du côté de l’Epitre, sur un riche coussin. Avant de se retirer pour la messe de couronnement, le Délégué publie le Bref par lequel le Pape accorde une indulgence plénière à tous ceux qui, étant confessés et communiés, visiteront en ce jour, pieusement et religieusement, l’église où l’image sacrée est honorée.

 

Les cérémonies qui accompagnent le couronnement, sont purement liturgiques. Commencées dès la veille devant l’image vénérée, elles se continuent avec pompe pendent le couronnement. Celui-ci a lieu à l’issue d’une messe solennelle, au chant du Regina coeli laetare, cloches sonnant, canons tonnant ou boites à leur défaut.

 

Le soir, on accomplit les cérémonies qui suivent le couronnement. Des vêpres solennelles avec sermon à la louange de la bienheureuse Vierge ; à l’issue des vêpres une procession dans les rues pavoisées et semées de verdure où est portée l’image couronnée ; et à la tombée de la nuit, une illumination générale aux clartés de laquelle se mêlent les éclats d’un feu d’artifice, sont les principales d’entre elles (Cf. Archives de Valfleury : extrait du cérémonial envoyé à Rome.)

 

Le Manuel du Pèlerinage de Notre Dame de Valfleury affirme dès « l’aube, le 31 mai 1860, on voyait déjà les processions serpenter sur le flanc des montagnes ; toutes les routes étaient couvertes de pèlerins à pied et en voitures (…) on ne comptait pas moins de trente cinq à quarante mille personnes réunies dans la vallée autour du sanctuaire ».

 

La cérémonie commémorative du Couronnement de Notre Dame de Valfleury se fera en mai 2010. La date sera précisée ultérieurement.