DIMANCHE DE RAMEAUX

« Mon Dieu mon Dieu pourquoi m'as tu abandonné ? »

Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as tu abandonné ?

Tous ceux qui me voient me bafouent ; ils ricanent et hochent la tête ; « il comptait sur Dieu qu'il le délivre ! Qu'il le sauve puisqu'il est son ami »... Ils me percent les mains et les pieds... ils partagent mes habits et tirent à sort mon vêtement... je suis un ver et non pas un homme, injurié par les gens, rejeté par le peuple ; tous mes membres se disloquent, ma langue se colle à mon palais...mais toi mon Dieu ne reste pas loin. Ô ma force viens vite à mon aide !

Voilà les paroles du psaume ! Ce sont aussi les paroles de Jésus en croix ! « mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné ? » Sur la croix les passants ricanent et hochent la tête : il a sauvé d'autres qu'il se sauve lui-même ! Les soldats, les grands prêtres, les scribes, l'injurient, mais ils ne se rendent pas compte qu'ils sont en train d'accomplir les paroles du psaume 21 (22) ; alors, du plus profond de sa souffrance Jésus leur rappelle les premiers mots du psaume (qu'ils prennent conscience de ce qu'ils ont en train d'accomplir). Aussi Il affirme ainsi que Dieu se trouve dans le plus profond abandon (dénuement). Ainsi nous ne pourrons plus dire que Dieu se trouve partout sauf où l'on meurt !

« Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as tu abandonné? » Dieu est-il absent de la souffrance de la croix? Ou est-ce qu'il se trouve dans  cette souffrance, dans cet abandon? Le silence de Dieu révèle tout son amour de Père : voyant comme il était mort le centurion s'écria « vraiment cet homme était le Fils de Dieu». Le centurion reconnaît que Dieu se trouve écartelé, par l'action de ceux qui ricanent et hochent la tête. Nous les lecteurs de l'Évangile de saint Marc, nous voyions comment le psaume se déroule sous nos yeux, et nous sommes invités à le lire en entier : ils ont percé mes mains et mes pieds, je peux compter tous mes os ; ils se partagent mes habits... mais toi, Seigneur ne reste pas loin...; tu m'as répondu.. la terre entière se souviendra et reviendra vers le Seigneur ; toutes les familles des nations se prosterneront devant sa face (Ps 21).

En même temps toute l'histoire humaine se déroule sous nos yeux pour que nous nous souvenions et revenions vers Dieu et agissions avec Dieu : les pauvres mangeront et seront rassasiés ; ils loueront le Seigneur ceux qui le cherchent ; on proclamera la justice au peuple qui va naitre : voilà son œuvre ! (Ps 21)

Notre foi s'enracine dans la souffrance de Dieu ; mais pour qu'enfin un jour nous prenions conscience qu'il s'est dépouillé de lui-même a pris la condition de serviteur... pour qu'en voyant un tel abandon, un tel amour, nous le proclamions Seigneur...AMEN